Peut-on avoir plusieurs assurances vie ?

Le 22 février 2022 par Sophie Faubers | Reply

assurance vie

Parmi les placements préférés des Français, on trouve la bourse, le livret A, mais aussi l’assurance vie. Ce dernier offre l’avantage d’être flexible puisqu’il est possible de choisir le mode de versement, le bénéficiaire et le support. Il est par ailleurs possible d’ouvrir plusieurs contrats d’assurance vie, sans limites de plafond.

Les Français et l’assurance vie

Selon la Fédération française de l’assurance (FFA), la collecte de l’Assurance-vie 2021 s’établit à 151,1 milliards d’euros, en hausse par rapport à 2020. Il faut dire que ce placement offre plusieurs avantages. Il permet notamment de se constituer une épargne, de préparer sa retraite et/ou d’anticiper sa succession tout en réduisant l’impact fiscal.

En pratique, le souscripteur verse des contributions périodiques dans le but de constituer une épargne. Cette épargne génère des intérêts qui dépendent du support utilisé (euros, unités de compte ou multi-supports). L’assureur verse un capital ou une rente au bénéficiaire qui peut être lui-même ou une personne de son choix. Sous certaines conditions, le souscripteur peut retirer les fonds par anticipation, sans attendre la fin de son contrat.

les français et assurance

Ouvrir plusieurs contrats d’assurance vie : les avantages

Alors que ce n’est pas possible avec le livret A ou le PEL, l’assurance vie peut faire l’objet de plusieurs contrats qui peuvent être fonction des projets envisagés. Une bonne raison d’avoir plusieurs assurances-vie est alors d’optimiser sa gestion. Ouvrir une assurance pour un projet immobilier à court terme imposera, par exemple, un contrat assurance vie au rendement plus faible, mais plus sécurisé. Si en revanche, il s’agit de préparer sa retraite, à peine entré dans la vie active, alors l’investissement peut être plus risqué, pour un rendement plus élevé.

Ouvrir plusieurs contrats d’assurance vie permet, par ailleurs, d’assurer une répartition plus simple des différents bénéficiaires. En outre, cela garantit une diversification qui rend le placement moins risqué tout en optimisant les sommes gagnées. En effet, les assureurs ne proposent pas tous l’ensemble des fonds de placements existants, il peut donc être pertinent d’opter pour des modes de gestions différents en fonction des contrats : gestion libre, pilotée ou profilée.

Retrait, rachat et fin du contrat d’assurance vie

Les aléas de la vie peuvent impliquer un besoin de trésorerie ponctuel. Dans ce cas, l’assurance vie peut-être d’un grand secours, cela même avant la fin du contrat. Dans ce cas, il faut demander un rachat partiel ou un rachat total à l’assureur, voire une avance. L’avance permet de ne pas toucher à son épargne, mais requiert dans ce cas le paiement d’intérêts à l’assureur, selon le taux prévu dans le contrat.

Plusieurs événements permettent de Récupérer une assurance-vie. L’échéance du contrat, mais aussi la résiliation en cas de non-paiement des contributions, le rachat total ou le transfert de contrat.

Du point de vue de la fiscalité sortie, plusieurs éléments doivent être pris en compte. Le mode d’imposition des revenus tirés de l’assurance vie dépend en effet de la durée du contrat et de la périodicité des versements. Dans tous les cas, il est préférable d’attendre 8 ans avant d’envisager une sortie assurance-vie ou un rachat. La flat tax implique alors un prélèvement forfaitaire de 7,5 % avec un abattement en fonction de la composition du foyer. S’ajoute à cela les 17,2 % liés aux prélèvements sociaux.


Rubrique : Assurance, mutuelle et assurance vie

Laissez un commentaire